Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Christophe

Le blog de Christophe

Récit de dix voyages en Birmanie (Myanmar)


Trekkings en solo autour de Kalaw

Publié par Christophe sur 28 Juin 2014, 14:48pm

Mardi 20 mai 2014 : En route pour Kalaw

Réveil de bonne heure car le bus pour Kalaw (4 000 k) m'attend à 8 heures. Je paie l'addition à l'hôtel où on ne me fera pas payer la première nuit. Sympa car ça n'était pas obligé. Je marche avec mon sac pendant deux minutes, un jeune à moto me propose de m'emmener à la station de bus.

J'arrive en avance et nous voilà dans un tea shop. Je bois un café tandis que le jeune birman commande une bière. Il me dit que c'est son petit déjeuner comme beaucoup de Birmans apparemment, car il n'est pas le seul à boire de la bière dans cet établissement. Ce jeune, qui travaille à l'hôtel Loikaw pour une misère, tient absolument à régler la note. Impossible de l'en empêcher.

Me voilà parti pour un trajet que je pensais relativement court. J'imaginais 4 heures de trajet, il en faudra finalement 8. En route, les paysages et les villages traversés sont magnifiques. On longe le sud du lac Inle que je n'ai jamais eu l'occasion de visiter. Je suis en plein coeur de la région Pao. Avec des femmes toutes vêtues de noir et avec un turban sur la tête, et plus souvent encore une serviette. Plus on avance, plus on en croise en bord de route.

En chemin, on va passer devant deux marchés très fréquentés. Les Paos y sont majoritaires. J'y ferai bien une pause, mais le chauffeur juste à mes côtés ne serait sûrement pas d'accord. On atteint enfin Aungban, ville de passage réputée pour son grand marché tous les jours. Puis poursuivons jusqu'à Kalaw, je suis le dernier passager. Arrivée à 16 heures dans ce bourg de montagne qui n'a pas changé depuis mon dernier passage. J'avais noté une adresse via Tripadvisor. La Thitaw Lay House, un bed ans breakfast classé n°1 sur le site. Il y est annoncé des prix corrects, un bon confort et un excellent petit déjeuner. Je ne vais pas être déçu.

Une moto m'y emmène pour 1 500 car c'est dans les hauteurs de Kalaw et avec mon sac, je n'en avais pas trop le courage. J'y rencontre le patron Marc un Flamand francophone. Il me présente une immense chambre et un bungalow à 26 $. J'opte pour le bungalow flambant neuf niché dans la végétation. Un endroit douillet, propre et tout neuf. L'établissement n'est ouvert que depuis février. Une petite marche jusqu'au centre pour me rendre compte que les touristes s'y font rares en cette période de l'année, et qu'internet est d'une lenteur à en décourager plus d'un.

Le soir, repas léger à la Sam's Family, (curry poulet + chapati à 2 000 k) le repaire des trekkeurs pour le lac Inle, qui feront quasiment tous, si ce n'est tous, le même parcours en deux ou trois jours. Retour à l'hôtel dans la pénombre. Je ne me perds pas, c'est l'essentiel. La nuit sera excellente, au son des insectes de la forêt voisine.

 

Mercredi 21 mai 2014 : Le train pour vivre une ambiance à part

Le petit déjeuner à la Thitaw Lay House est à tomber par terre. C'est présenté sous forme de buffet alors que ce matin, il n'y a que trois touristes, dont moi. Du pain au levain fait maison, de la brioche maison, du miel, des confitures, des oeufs, du fromage blanc, du fromage aux herbes, du café à volonté... que des produits du cru. Me voilà rassasier pour une bonne partie de la journée.

J'engage la conversation avec Marc qui a travaillé dans des ONG en Afrique et en Birmanie, dans la région des Rohingya. Il s'est marié avec une Birmane et a investi à Kalaw. Il recherche la perfection dans son établissement et a semble-t-il visé juste. Je suis ensuite ses conseils pour rejoindre le village de Myint Mathi, à 2 heures de marche à travers la forêt, les montagnes... J'atteindrai bien le sommet, mais plutôt que de me retrouver à Myint Mathi, je reviens sur mes pas... à Kalaw. C'était agréable quand même.

A Kalaw, j'en profite pour m'arrêter dans un cyber café. Je parviens à me connecter après bien des diificultés. J'arrive ensuite à la gare de Kalaw où un train est à l'arrêt. Je demande si je peux m'arrêter à la prochaine station et revenir à pied vers Kalaw. C'est parti avec un ticket en poche pour 200 k. Les wagons sont bien remplis et vont l'être encore plus lorsqu'on arrive à Myin Diaik.

J'ai l'impression que tout le village s'est donné rendez-vous à la gare. Un marché s'est improvisé sur les quais. Vendeuses de fleurs, choux fleurs, haricots, mangues... Elles sont nombreuses pour vendre leurs marchandises aux passagers. Une ambiance extraordinaire qui ralentira seulement après le départ du train. Je n'ai plus qu'à repartir à pied avant que la pluie ne fasse son apparition.

Sauf qu'à un moment, on m'annonce un village Pao pas très loin. Je fonce par une route en travaux. Il y a bien un village, mais les adultes sont quasiment tous absents, oeuvrant très certainement dans les terres à l'extérieur du village. Quant aux enfants, ils ont l'air plutôt apeuré par ma présence. Je n'insiste pas et les laisse tranquille. Je repars à travers des paysages vallonnés, des rizières occupées de temps à autre par des fermiers.

Une pluie fine tombe mais ne dure pas. Après 40 minutes de marche, je retrouve Myin Diaik. On m'annonce encore 1 heure de marche jusqu'à Kalaw. Les Birmans voient larges car il faut plutôt compter 1 h 30. Je rentre, la nuit tombe et vais manger à la Myanma Flowers. Pas mauvais, mais un peu cher pour la ville. Un porc sauge aigre douce, du riz et un jus de citron 5 000 k. La nuit sera excellente, malgré la présence d'insectes curieux et d'araignées dans la chambre.

Une adresse à retenir dans le bourg, la Poe Poe bakery en plein centre avec d'excellents chaussons fourrés de bananes et raisins à 400 k.

Jeudi 22 mai : Palaungs et Paos sur le marché d'Aungban

Encore un copieux et excellent petit déjeuner à la guesthouse. Le patron Marc et son personnel s'emmêlent les pinceaux avec les jours de marché. Ils prétendent que celui d'Aungban était hier, mais après vérifications, c'était bien aujourd'hui. Je m'y rends en moto-taxi pour 1 000 k. Ce marché, comme je l'ai déjà dit par le passé, c'est mon préféré dans la région.

Pas un seul touriste à l'horizon, tandis que c'est le lieu de rencontres des Paos, Danus et Taungyo. Des femmes Paos tout de noir vêtu avec un turban ou une serviette sur la tête, je vais en croiser par dizaines. Je prends plaisir à les photographier et parfois à leur montrer. Un régal et de sourires à chaque instant.

Et pour la première fois ici, je croise quelques femmes Palaungs en tenue traditionnelle, bariolée de rouge, de noir ou de bleu. Certainement les plus beaux costumes de la région. Elles sont toutes contentes quand je parviens à déterminer leur ethnie et j'ai tout de suite droit à des gestes amicaux.

Je passe quasiment deux heures à arpenter les allées de ce marché dont l'activité ne décline que vers midi. Mais l'idéal, c'est d'arriver entre 9 et 10 heures. Je fais une petite pause dans un tea shop où le personnel me reconnaît. Un Birman installé à ma table et qui ne parle pas un mot d'Anglais m'offre mon thé. Quelle hospitalité.

Dès mon arrivée sur le marché, j'avais suivi un groupe de six femmes Paos avec des tenues resplendissantes. Je les retrouve sur le chemin du retour. J'ai le droit à des "Ohhhh" du style " il nous suit encore l'étranger avec son appareil photo ". Je leur réponds pas les mêmes "Ohhhh" et très vite notre rencontre se termine par des fous rires.

Un moto taxi me ramène à Kalaw pour 1 500 k avec une halte forcée en raison d'un orage. Arrivé à Kalaw, je croise deux femmes Palaungs avec des tenues bleues rayées. L'une d'entre elles refuse catégoriquement que je les prenne en photo. J'emploie les grand moyens et les montre des photos que femmes Palaungs que j'ai photographiées à Aungban. Le ton change immédiatement surtout quand elles reconnaissent une femme de leur village. Ce sont elles maintenant qui réclament à être photographiées, le sourire et la gestuelle en prime.

L'après-midi est déjà bien entamé. Je tente un cyber café, mais tout le monde me répond qu'internet est très lent. Je laisse tomber et me réfugie dans un tea shop, sachant que le ciel est menaçant et qu'il serait risqué que je m'aventure dans les villages aux alentours. Le soir, repas au Sam's Family restaurant avec un porc curry, salade de pommes de terre et un jus de citron à 3 800 k.

Vendredi 23 mai : Sur le chemin des trekkeurs

Je me réveille tôt dans l'optique d'aller en ville trouver un cyber café. Celui que j'ai choisi ouvre à 7 heures et le débit est rapide. Dès 8 heures, ça ralenti énormément. Petit déjeuner toujours aussi bon à la guesthouse, avec aujourd'hui un cake à la banane qui est venu se greffer à tous les plats sur le buffet. Le serveur m'est de plus en plus sympathique.Il veut faire bien, trop bien même. Il agit parfois dans la précipitation avec une pointe de stress.

J'apprendrai plus tard qu'il est payé 150 000 k par mois, un salaire correct pour le pays. Je suis ensuite les recommandations du patron pour me rendre à Myint Mathi, en espérant cette fois ne pas me tromper. Il faut prendre à droite de l'hôtel et aller toujours tout droit à travers la forêt. Au bout d'une dizaine de virages, il faut prendre un sentier sur la gauche, qui part légèrement en descente. C'est ce chemin que j'avais raté la première fois. Je continue ma marche dans la forêt en compagnie des insectes et des oiseaux. C'est très plaisant.

J'arrive dans la vallée. Il faut toujours suivre le sentier principal, peu de risques de s'égarer. Les villageois travaillent dans les terres avec des boeufs ou à la bêche, parfois à mains nues. Ils sont toujours là pour m'indiquer le bon chemin à prendre. Durant la balade, je vais croiser deux petits groupes de trekkeurs avec des guides pas vraiment enchantés que je me promène non accompagné. Puis je croise deux fermiers qui me reconnaissent et disent m'avoir vu la veille sur le marché d'Aungban. C'est vrai que je ne dois pas passer inaperçu.

Arrivé à Myint Mathi où les enfants me saluent chaleureusement. Une petit pause dans un tea shop où personne ne comprend où je veux aller. Je continue sur la route principale puis bifurque vers un petit chemin qui me mèene à Taungyi Che avant de rejoindre le même sentier qu'à l'aller. Je rejoins Kalaw vers 16 heures. Une bien belle balade qui vaut plus par les paysages que pour les villages traversés.

Le soir, repas à la Aung Nyein Chan Aung pour un porc curry à 4 000 k. J'ai trouvé ça un peu cher et moyen. J'ai tellement marché que je m'écroule à 20 h 30.

Samedi 24 mai : Perdu dans les montagnes Palaungs

Ce matin, le serveur de la guesthouse a oublié sa tenue traditionnelle. Moment de panique. C'est le patron qui lui en prête une. Avec ou sans sa tenue traditionnelle, le petit déjeuner reste un festin. Ce matin, c'est jour de grand marché à Kalaw. Il faut s'y rendre avant 10 heures car ensuite l'animation décline. Il est plus petit que celui d'Aungban, mais ça reste quand même un marché sympathique.

Ici, il y a un peu plus de femmes Palaungs qu'ailleurs. Le marché est réparti en 4 ou 5 allées à proximité du marché principal. Il fait très chaud ce matin et les toiles ou les bâches qui protègent du soleil me paraissent bien basses, étant donné ma grande taille. En une heure, on peut faire deux fois le tour du marché, tout en prenant son temps.

Le patron de la guesthouse m'a prêté la seule carte des alentours de Kalaw dont il dispose. Cet après-midi, je vais tenter les villages Palaungs qui semblent tout proches de Kalaw. Pendant ce temps, le patron doit me trouver un billet de bus pour me rendre demain au lac Inle.Il n'y a que deux départs, à 7 h 45 (2 500 k) ou 8 heures (3 000 k), sinon il y a toujours la possibilité des pick-up, à n'importe quelle heure de la journée, mais ce sera plus long et il faudra faire des changements à Aungban et Shwenyaung avant d'atteindre son but.

Il est un peu plus de 11 h 30 et me voilà parti au nord de Kalaw en direction de villages Palaungs. On m'annonce le village de Peinnepin à 1 heure de marche, j'en mettrai finalement 2 h 30. Et pour cause, je me suis planté de chemin.

J'ai pourtant suivi le sentier principal mais à un moment, il a fallu que je rebrousse chemin car suis arrivé à une maison où il n'y avait plus d'issue. Demi-tour, je m'approche d'une autre habitation et voilà qu'on me dirige vers un sentier plus qu'improbable. Je marche d'abord dans de grandes herbes, puis à travers les plantations de thé où je ne vois plus aucune trace de pas. Finalement, je retombe sur un vrai chemin qui me mène à Peinne Pin.

Je ne regrette pas l'effort. Sur place que des femmes Palaungs en tenue traditionnelle et du thé qui sèche devant les habitations. Il n'y a aucun touriste sur place, mais j'ai l'impression qu'il y a un refuge pour les accueillir. J'y fait un saut et vois une femme Palaung qui me présente quelques tissus, sans vraiment insister.

Puis me rends dans un tea-shop, le seul qui m'a l'air ouvert dans le village. Un enfant joue avec moi durant de longues minutes. Il est temps de repartir par le chemin que je pense être le bon. Si ce n'est qu'au lieu d'arriver directement à Kalaw, j'atterris sur la route principale et il me reste encore 4-5 km à effectuer. Pour en revenir à mon parcours, je me dis que si j'avais juste et si j'étais parti plus tôt, il y avait d'autres villages Palaungs à découvrir comme Taung Ni ou Shaw Daw. Ce sera pour une autre fois.

Le fait de revenir par la route principale n'est pas plus mal car en chemin, je tombe sur le restaurant Pyae Pyae, une petite gargote citée sur Tripadvisor et classée n°1. Il est 16 h 30 et j'en profite pour commander. La marche, ça creuse. Des noddles avec des boulettes de porc, un Sprite et un milk shake papaye pour 2 500 k. Un excellent repas et des serveuses très souriantes qui n'arrêtent pas de chanter.

A côté, le Thirygyhar restaurant, plus chic, accueille toute la jet set de Kalaw et les cars de touristes. De retour à la guesthouse, je paie ma chambre. Le patron m'a fait un prix car je suis resté 5 nuits : 23 $ le bungalow. En haute saison, il faudra plutôt compter 40 $. La meilleure adresse au Myanmar que je découvre après tant de voyages. Demain, mon aventure se poursuivra du côté du lac Inle.

Trekkings en solo autour de Kalaw

Commenter cet article

Trek à Kalaw 29/03/2017 12:20

Trek à Kalaw – randonnée incroyable en Birmanie.

Trek à Kalaw sera vraiment un meilleur choix pour les touristiques en visitant la Birmanie après l’ancienne capitale Yangon et le Bagan. Kalaw, point de départ de bons nombres treks en Birmanie, est en effet la deuxième étape de l’itinéraire de voyage au Myanmar. Niché dans les montagnes verdoyantes du centre du pays, ce village est une étape rafraîchissante après la chaude et tumultueuse ville de Yangon. Il faudrait profiter un peu de la beauté des ses paysages naturels car Kalaw est un village savant bien accueillir les amoureux de la nature et aussi des activités de plein air!

Christophe 29/03/2017 12:26

Merci pour ce commentaire
Christophe

Laurence49 06/02/2017 10:50

Bonjour Christophe,
merci pour ta réactivité++ et ta réponse,
Pindaya nous y avions songé mais la difficulté est d'articuler ces 4 jours dans la région avec l'incursion au marché d' Augban le jour J
Bonne journée à toi,
Laurence
PS: sympa ton nouveau texte sur Pinlaung, tu as eu une chance inouïe..

Laurence49 05/02/2017 17:17

Bonjour Christophe,

Nous sommes 3 femmes co-voyageuses, nous sommes aimantés par la Birmanie..et l'Asie du sud-est
Après de maintes lectures en tout genre nous avons construit un itinéraire!
Nous serons "stationnées" à Kalaw pour 4 nuits et cherchons un trek avec nuit(s) en monastère mais ne souhaitons pas faire celui de Kalaw/Inle
Penses-tu que nous pourrions trouver notre bonheur sur les treks au nord ou au sud de Kalaw?
Si ce n'est pas possible à Kalaw, le serait-il à Hsipaw?
Merci beaucoup Christophe et des bravos pour ton site hyper informatif et instructif
Laurence

Christophe 05/02/2017 17:36

Bonjour
Au nord de Kalaw, ça doit être possible en deux jours. Mais si vous disposez de plus de temps pourquoi ne pas aller jusqu'à Pindaya bien moins prisé des touristes. Au sud de Kalaw je crains que vous croisiez les groupes en partance pour Inle.
Christophe

jacquie 21/10/2016 17:16

bonjour
nous partons en février pour 28 jours. le parcours est a peu prés calé sauf bagan mandalay que nous voulions faire en slow boat le 5 février mais je n'arrive pas a avoir des infos sur les jours. pour kalaw j'ai vu qu'il y avait une thitaw 2 connaissez vous ? 4 jours sur kalaw c'est bien? par ailleurs en final nous terminons sur ngapali au memento resort nous irons de heho par avion. pensez vous que je peux réserver par opodo sans problème c'est eux qui me donne le meilleurs prix 300€ heho ngapali -ngapali yangon
merci de vos réponses et merci pour votre blog

Christophe 21/10/2016 19:18

Bonsoir
Je n'ai pas la réponse à tout. Je n'ai pas en tête les jours du slow boat sachant que la plupart des touristes font le trajet inverse entre Mandalay et Bagan. La Thitaw 2 est d'un confort plus simple que la Thitaw est moins cher aussi, avec un petit déjeuner plus léger. Mais ça reste très bien. Pour les vols, vous devriez chercher directement sur le site des compagnies car avec Opodo ça reviendra plus cher, notamment avec les frais sur la carte bancaire. Kalaw 4 jours pourquoi pas, si vous aimez marcher dans les montagnes. On peut aussi se balader avec le train et aller au marché des 5 jours à Aungban.
Christophe

lila 10/10/2016 01:27

Bonjour, votre blog est une véritable source en abondance!
Jai besoin de votre lumière j'ai 21 jours d'aventure en Birmanie. J'atterri le 17 oct à mandalay 2j
Trek de 2 jours a kyaume puis 2 ( mindat****) ? Si j'ai le temps,bagan 3 jours , 3 jours kalaw et lac inle, rangoon 1 jour, 3 jours hpa an puis retour à bangkok et depart le 8 novembre est que vous croyez que c'est faisable ou pas merci Christophe

Christophe 10/10/2016 08:46

Bonjour,
ça passe tout juste, tout juste. Il ne faut pas être ralenti sur le trajet sinon ça ne passe pas. Quand tu parles de 2 jours à Mindat, il faut aussi compter deux jours supplémentaires pour le trajet à l'aller et au retour depuis Bagan, via Pakkoku où il n'y a qu'un bus tôt le matin. Trois treks à Mindat, Kyaukme et Kalaw, c'est par passion ou pur hasard ? Il y a peut être un trek à supprimer pour bien profiter. Après en voyageant avec des bus de nuit et en économisant 1 ou 2 jours sur le parcours. Ça peut. Huit destinations en 21 jjours, c'est une trop. A titre de comparaison, je pars cet hiver pour 21 jours aussi avec de longs parcours de Mrauk U au grand nord Khamti et me contenterai de 6 destinations.
christophe

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents