Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Christophe

Le blog de Christophe

Récit de dix voyages en Birmanie (Myanmar)


Récit de huit voyages en Birmanie (sept 2009-janvier 2014)

Publié par Christophe sur 10 Octobre 2009, 15:54pm

Birmanie-janvier-2014 413
Bonne année à tous les amoureux de la Birmanie et à tous ceux qui rêvent de découvrir ce merveilleux pays. Le récit de mon dernier voyage en Birmanie (janvier 2014) est en cours de rédaction. Un retour dans mon pays préféré d'Asie du Sud-Est après trois ans d'absence. L'occasion de refaire le grand classique, entre Yangon, le lac Inle, Mandalay et Bagan avec toujours le même plaisir et découvrir des changements récents dans ce pays. C'est parti pour un récit complet et des bons plans.  La Birmanie me manquait, j'y suis retourné (janvier 2014...)

 


BIRMANIESEPT2010 374
Une escapade dans le sud du pays, dans la division de Tenasserim, ouvert depuis peu aux étrangers, du côté de Myeik et Dawei, en passant par la plage de Maugmagan. Un lieu encore déserté par les touristes. Découverte de petites cités balnéaires enfouies dans la jungle et assoupies dans la chaleur tropicale.
CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSOUS


PICT0295
Cinquième séjour en Birmanie, en septembre 2010, avec un retour dans les montagnes de l'état Shan, entre Hsipaw, Kyaukme, Kalaw, Pindaya et Pyi U Lwin. L'occasion de côtoyer les populations Pa'o, Danu, Taung'Yo, Palaung... aussi bien au cours de treks que sur les marchés animés.
Cliquer sur le lien ci-dessous
  • Copie de PICT0261

  • Un nouveau récit d'un voyage entre Kengtung et Tachileik, à la rencontre des minorités ethniques. L'occasion de découvrir des festivals pour la nouvelle année, chez les Akhas, Lahu Shi et Anns.
  •  
  •  (CLIQUER SUR LE LIEN CI-DESSOUS)

    Retour dans les minorités à Kengtung (Janvier 2010)



  • Le sud de la Birmanie

 

Quatrième voyage en Birmanie, de fin avril à mai 2010, du sud au nord du pays. De Malawmyine à Hpa An, en passant par le Rocher d'or, puis une escapade dans le nord, en bateau sur l'Irrawaddy, entre Myitkyina et Bhamo, et à vélo à la recherche des Lisus en costumes traditionnels.

 

CLIQUER SUR LE LIEN CI-DESSOUS

De Mawlamyine à Myitkyina

(mai 2010)

 

 



Après un premier voyage en 2004, j'avais envie de revoir ce pays, découvrir des endroits difficilement accessibles comme Kengtung et Mrauk-U. Pour rencontrer les minorités ethniques et  visiter un site archéologique différent de Bagan. 
Sans oublier les incontournables sites de Shwedagon à Yangoon, le lac Inle et son festival Phaung-Daw U.

Récit d'un voyage de 28 jours en Birmanie
, pays qui a su préserver son authenticité et qui mérite plusieurs visites.

En quatre semaines, on ne peut pas tout découvrir aussi j'ai déjà hâte d'y retourner une troisième fois...


autres pays en Asie: un BLOG à conseiller


Jeudi 27 août 2009 :

Départ de Roissy pour Bangkok avec China Airlines (560 euros l'aller-retour). Je passerai deux jours à l'Atlanta Guesthouse dans le quartier Sukhumvit.
Hôtel avec piscine bien tranquille, à l'écart de la rue principale. Prix de la chambre : 642 baths.



Samedi 29 août


Départ très tôt le matin avec Air Asia (50 euros l'aller-retour) pour Yangoon. Horaires parfaitement respectés, j'arrive vers 8 h 30 à l'aéroport où les formalités se font très rapidement. Je sors du bâtiment pour négocier un taxi qui m'emmènera dans le centre pour 6 $   . Je me rendrai compte plus tard dans le voyage que j'aurais pu faire baisser le prix de moitié...
Arrivée à la guesthouse Three Seasons, un peu l'écart du centre, mais dans un endroit bien calme. La grande chambre avec salle de bain, frigo et un très copieux petit déjeuner est à 15 $ la nuit. 

La journée sera consacrée au change des devises. J'achèterai des kyats dans une bijouterie chinoise près de la Sule Pagoda. 1500 ky pour 1 euro. J'en changerai même un maximum car dans les autres villes du pays, le change est moins intéressant et les euros sont parfois méconnus. 

Ma deuxième mission du jour : acheter des billets d'avion car je dois aller dans des secteurs quasiment inacessibles en bus (Mrauk U) ou faire des trajets bien trop longs en bus pour mes grandes jambes (14 à 16 heures de bus pour Bagan, j'ai déjà donné). Par ailleurs, les tarifs des billets d'avion sont encore abordables pour nous Occidentaux et les horaires sont fiables. Un Birman me conseillera l'agence Sun Far, 38ème Street, où je réserve un aller-retour Yangoon-Sittwe pour 156 $ et je prévois un Yangoon-Bagan à 68 $. 

Petite balade dans la capitale où il y a toujours autant de circulation et où les trottoirs sont toujours défoncés. 
En début de soirée, ce sera repas dans le quartier Chinois, situé dans les alentours de la 19ème Street pour 1800 ky.
Puis, un petit tour au Star Cyber Café, à deux pas de Sule Pagoda, où la connection est très rapide et j''ai accès à  hotmail. 

Pour finir, je me décide à visiter la pagode Shwedagon de nuit. Je m'y rends en taxi pour 1000 ky et à mon arrivée, je suis ébloui par toutes ses lumières. Un endroit magique où je resterai près de 1 h 30. J'aurai également droit à une discussion avec des moines, qui en fait attendaient davantage un don de ma part plutôt que d'échanger sur tel ou tel sujet. L'entrée du site : 5 $ qui ne sont pas nécessairement réclamés en arrivant.


Dimanche 30 août 


La veille, j'avais fait la connaissance d'un Birman qui m'attend à 9 h 30 devant la guesthouse. Il veut me faire visiter des lieux méconnus des touristes dans les environs de Yangoon. Nous irons à Twante, un village de potiers, pas si facile que ça d'accès. Puisqu'il faut d'abord se rendre à l'office de tourisme pour réclamer une autorisation. Cette zone avait été ravagée par le cyclone Nargis, l'an passé, et les autorités birmanes se plaignaient, apparemment, du passage un peu trop répété de reporters. Une manière donc de surveiller un peu plus le touriste...
Pour atteindre ce village, il faut d'abord traverser la Yangoon River en ferry (1 $ pour le touriste alors que le local paie 50 ky !), puis prendre un taxi (2000 k/pers) pour effectuer les 30 km restants. Une belle balade à travers la campagne birmane. A Twante, il existe encore quatre fabriques de poterie. Certains récipients servant à filtrer l'eau.


Les ouvriers(es) travaillent dans des conditions très éprouvantes : poussière, chaleur des fours... et ne gagnent que 2000 ky par jour ! 

Je vais ensuite visiter des tisserands qui travaillent encore à l'ancienne. Parmi les articles les plus demandés : des sacs pour les écolières. Pour le reste, une femme m'avouera que l'activité est en chute depuis le cyclone. Je n'en saurai pas plus sur ce secteur proche de Yangoon, où les touristes sont absents et  les locaux ne sont pas très bavards.

Le retour vers la capitale se fera, cette fois-ci, en bus : 300 ky le trajet. Malgré la demande d'autorisation à l'office de tourisme (MTT), je n'ai eu aucun contrôle sur la route de Twante.
Le soir, arrêt dans un resto chinois, pas très loin de ma guesthouse : Shwe Win Restaurant situé au 175 Bo Myat Htun St. Botataung Township. Dans un beau cadre, avec des locaux, (ce qui est sûrement un bon signe).
Je sélectionnerai salade de crevettes, sweet and sour pork, petite salade de concombres, riz à volonté et salade fruits (la note finale : 6500 ky). C'était excellent, mais le prix n'est pas très local évidemment.


Lundi 31 août


Début d'après midi, direction l'aéroport en taxi (3000 ky) pour rejoindre Sittwe. Le vol se fera avec Air Mandalay. Curieusement, l'avion part avec 5 minutes d'avance. A bord, seulement 12 passagers dont un touriste (c'est moi !). J'arrive vers 16 heures à Sittwe ou là encore les formalités sont rapides. Un pick-up m'emmènera en ville, au Prince Hotel, pour 1500 ky. L'hôtel est très (très) basique. J'ai la plus grande chambre, la 204 pour 10000 ky avec le petit déj. Pour une nuit, avant de rejoindre Mrauk U, ce sera parfait. 
Je vais au marché aux poissons qui est particulièrement animé. Une fois encore, j'ai le droit à de nombreux sourires. Il faut dire que les touristes ne courent pas les rues dans cette ville. Un marché où l'on croise les femmes avec le maquillage traditionnel, le tanaka qui couvre leurs joues. D'ailleurs, c'est sûrement la région (l'Arakan)  où les femmes et les jeunes filles en utilisent le plus.  



Le soir, repas au River Valley, en plein centre, où il y a plus de serveurs que de clients. Je comprends mieux lorsque je réclame les prix (sur le menu, il n'y a aucun tarif) : salade de crevettes, pinces de crabes aux légumes, riz et jus de citron (7800 Ky). 

La nuit au Prince Hotel, sans ventilateur mais avec la moustiquaire, sera particulièrement difficile en raison de la forte chaleur. 










Mardi 1er septembre





Réveil à 5 heures pour filer à l'embarcadère où le bateau pour Mrauk U (dire Miaou...) est programmé à 7 heures.
Prix du trajet : 4 $. Attention, ce bateau ne circule pas tous les jours, bien se renseigner auprès des locaux. Je me retrouve à l'étage sur une chaise longue (facturée 500 ky). Ne pas oublier une bouteille d'eau car je n'en ai pas vu sur l'embarcation. Le trajet va durer 5 heures (plus rapide que d'habitude m'avouera une Birmane) avec trois haltes dans des villages. Pas mal de locaux veulent taper la discute, il faut dire qu'encore une fois, je suis le seul touriste à bord.


Mon arrivée à Mrauk U ne passe pas inaperçue. 
Une demoiselle m'attend sur le quai avec une petite pancarte
à la main où je lis : <Bienvenue Mr Christophe>. Je ne savais pas
qu'on me connaissait si loin.
Bref, je suis attendu à la Prince Guesthouse.
Je comprends très vite, les raisons de cet accueil : cet hôtel a été prévenu de ma venue par son homologue de Sittwe et comme des touristes français se trouvaient chez lui, il en a profité pour confectionner une petite pancarte.

Hôtel où je serai accueilli avec thé et bananes. On me présente un grand bungalow avec grand lit, belle salle de bain toute propre. Je négocie à 52000 ky les 4 nuits avec le petit déjeuner, au lieu de 15 $ la nuit. Le proprio dispose de chambres nettement moins chères à l'arrière de l'hôtel.

Je file à pied faire un petit tour dans la ville, qui se trouve à 10 minutes de marche. Il fait une chaleur suffocante et un violent orage va s'abattre alors que je fais une pause dans une gargote. Surprise, pendant ce temps, les locaux sont imperturbables et continuent leur activité.
En soirée, je décide de prendre le repas à l'hôtel avec les trois Français qui y sont également hébergés depuis quelques jours.
L'occasion de glaner quelques informations sur ce site archéologique.


Mercredi 2 septembre


Excellent petit déjeuner à l'hôtel puis
me voilà prêt à louer un vélo chinois et faire mon premier tour sur le site.

Je pars visiter le temple le plus imposant Shittaung, lieu où je retournerai à plusieurs reprises durant mon séjour à Mrauk U.
Je pars ensuite vers des chemins où pagodes et temples se succèdent, tout en traversant de charmants villages.

Les <Bye Bye> résonnent en chemin, de la part des enfants qui, à mon avis, ne doivent pas voir des touristes tous les jours.

A midi, repas au Moe Cherry Restaurant en terrasse. Je teste le poulet curry. J'aurai droit à trois petits morceaux de poulet, une salade étrange, du riz à volonté, des patates et du thé pour 3500 ky. Par rapport à ce qu'en disent certains guides de voyage, je m'attendais à mieux.





L'après-midi, je poursuis ma balade à vélo, sous la chaleur. Entre les arrêts sur les sites archéologiques, j'admire des scènes du quotidien : comme  la toilette des moines  à proximité d'un puits et mon appareil déclenche des rires . Comme il n'y a pas d'eau courante dans cette région, il est aussi fréquent de croiser des femmes avec des récipients remplis d'eau sur la tête. Ce qui donne à Mrauk U, un petit air d'Afrique.


Retour à l'hôtel pour un peu de repos; cette fois, je suis seul touriste.  Le soir, je me couche tôt car il n'y a pas d'électricité. Donc même pas question de bouquiner... Par ailleurs, il n'y a pas internet dans la ville.





Jeudi 3 septembre



Encore et toujours la visite des temples. Je ne m'en lasse pas. Et j'essaie toujours de trouver les meilleurs endroits pour les photographier. Mais je profite surtout des balades à vélo pour pénétrer dans des villages particulièrement pauvres.

J'y suis toujours bien accueilli par la population et surtout les enfants qui me repèrent au loin, du haut de mon mètre 88 (les grands, ce n'est pas courant en Birmanie !). Autour de moi : des femmes fumant la pipe, de jeunes mères avec leur bébé dans les bras... et toujours autant de tanaka sur le visage.




Aujourd'hui, c'est jour férié car c'est la pleine lune. Raison pour laquelle je vois tant d'enfants dans les villages, car il n'y a pas d'école. Même si je me doute bien qu'en temps normal, certains n'y vont pas.
 Dans les monastères, beaucoup de femmes ont mis leurs plus belles tenues. Des femmes d'un certain âge  s'approchent et me questionnent  :
<Your country ? Happy to see you>. 


Vendredi 4 septembre



 

Dehors la pluie est incessante. La veille, j'avais prévu la  visite des villages Shin en bateau. Le prix 60 $ m'avait fait hésiter, j'ai finalement renoncé. 

Matinée de repos.


L'après-midi, une fois la pluie terminée, je repars à vélo cette fois en direction de l'embarcadère.


Je longe des villages au bord de l'eau, des maisons les pieds dans l'eau. Puis, je m'approche d'un groupe de jeunes réunis près d'un bateau.
Ils comprennent vite que je veux faire un tour sur la rivière.
 Prix : 3000 ky les 2 heures. Une balade fort agréable durant laquelle l'on croise des embarcations d'un autre temps.


En fin de journée, comme c'est toujours la pleine lune, je tente de faire des photos  près des temples.

Le soir, je prends  mon dernier repas au Prince, 










Lundi 5 septembre



Retour à Sittwe le matin avec le bateau. Le trajet sera un peu plus long qu'à l'aller : 6 heures avec en prime de la pluie en fin de trajet, tout en sachant que pour se mettre à l'abri, ce n'est pas simple. Je retourne à la Prince Guesthouse où la même chambre qu'à l'aller m'attend. Un nouveau petit tour au marché aux poissons, où on ne  se lasse pas des odeurs...
Dans l'après-midi, je vais découvrir une spécialité locale dans les salons de thé, la  crème brûlée (200 ky) : excellente. 

Le soir, repas au Shwe Pyi Daw (en plein centre, juste en face d'un cyber café). C'est très local, mais il y a un menu en anglais. Porc sauce aigre douce, avec du riz, une soupe et du thé à volonté 1600 ky. Très bon.




Dimanche 6 septembre


Après une matinée à me balader dans Sittwe, avec un petit repas au Shwe Pyi Daw, direction l'aéroport pour un retour à Yangoon. Les horaires d'avion toujours aussi respectés.
Pour l'hôtel, je m'oriente vers la May Shan Guesthouse.
Je visite, mais quelle désolation : 15 $ la chambre toute petite, sans fenêtre.

Je fais demi tour et vais au Beauty Land 2, pour 10 $, j'ai une chambre, certes sans fenêtre, mais toute propre.
Le soir, je changerai encore de l'argent par l'intermédiaire d'un homme près de Sule Pagoda.
Je me retrouverai dans une maison avec des Musulmans où le taux reste inchangé.

Le soir, à Yangoon, bien que ce soit la capitale, ce n'est pas l'effervescence. J'irai boire une bière pression à 500 ky les 50 cl dans le bar Le Goal (où il n'y avait pas de foot à la télé, mais des séries américaines), puis je prendrai un sandwich au resto L'Excellent : 1500 ky, le petit sandwich poulet (bof).


Lundi 7 septembre







Réveil à 4 h 30 car l'avion pour Bagan décolle à 7 heures. (vol Air Bagan)
J'arrive à Bagan à 8 h 10. Je paie  le droit d'entrée sur le site : 10 $.
Pour le taxi, pas le choix : c'est 5000 ky (non négociables) jusqu'à Nyaun OO.
Arrivée à la May May Ka Lar Guesthouse, où j'avais déjà résidé par le passé, avec une chambre à 9000 ky. 

Je loue un vélo pour visiter temples et pagodes. Le site n'a pas changé en cinq ans, même s'il y a nettement moins de touristes (il faut dire aussi que je visite le pays en basse saison).
 En revanche, les vendeurs sont toujours présents devant les monuments les plus prisés : objets en laque et tissus ne manquent pas.

Le midi, halte au resto Sarabah, où j'étais allé il y a 5 ans. Surprise : les prix sur le menu ont triplé. 
Au cours de ma visite, les temples se succèdent. Je m'arrête à tous les monuments, des plus imposants à ceux qui passent plus inaperçus, mais qui ont aussi leur charme.
Vers 18 heures, je retourne vers Nyaung OO à la recherche d'internet. Déception : je ne trouve aucune connection. C'est d'ailleurs ici que j'aurai le plus de mal à avoir accès à internet.
Le soir, repas au Crown Restaurant.   Très correct.
A 20 heures, j'irai faire un tour à la pagode Shwezigon, où une fois la nuit tombée, l'endroit est sublime.
J'ai la chance d'y croiser des bonzes(ses), en pleine méditation, qui se laissent tranquillement prendre en photo. L'endroit est magique. 


Mardi 8 septembre



Si par le passé, le ptit dej au May Kha Lar était très copieux, aujourd'hui, c'est plutôt restreint.....

Je repars à vélo, mais cette fois par une autre route menant au temple Kubyauk-Kyi, avant de poursuivre jusque Myin Kaba puis New Bagan. .

Je vais poursuivre le parcours en direction de l'aéroport, où je vais découvrir quelques temples isolés.


Le soir, je vais dans une petite gargote à Nyaung OO, près du marché, le Pannu Cold Drink, où je commande un lassi et un pancake au chocolat (2200 ky).




Mercredi 9 septembre



 Dans la matinée, le tour des agences pour dénicher billets d'avion pour Kengtung et Heho (lac Inle) afin d'y être pour le festival de Phaung Daw U. Finalement je réserve un Nyaung OO-Hého à 52 $, un Hého-Kengtung à 82 $ - sachant que Kengtung est seulement accessible par avion - et un Hého-Rangoon à 66 $.

C'est mon troisième jour à vélo à travers les temples, site que j'ai connu en 2004.
J'avoue, qu'aujourd'hui, je fais un peu une overdose de temples. D'ailleurs, il y en a tellement que parfois je revisite les mêmes car à force, j'ai l'impression qu'ils se ressemblent un peu tous. Les vendeuses sur les sites ne s'y trompent pas, en tout cas, puisqu'elles me reconnaissent !
Retour pour un peu de repos.



Le soir, je change encore d'adresse de resto, et là très bonne pioche au Mam Sabai Myanmar Food, resto local en plein centre pas loin de ma guesthouse. Je commande un porc curry (2000 ky) et arrivent une assiette de boeuf, puis sept petits plats, qui se remplissent dès que je les vide, de la soupe et du riz.. Pour finir, on m'a  ramené des sucreries locales. Très copieux, très bon et un prix défiant toute concurrence surtout à Bagan.


Jeudi 10 septembre


Ce matin, direction Heho.
Je prends un tricycle (1500 ky) pour rejoindre l'aéroport. L'avion de Yangoon Airways fera une escale à Mandalay, où quasiment tous les touristes descendent.
Mandalay, ville que je ne visiterai pas pour l'avoir déjà vue en 2004. Ce n'était pas mon meilleur souvenir et en plus, je ne peux pas tout voir en à peine un mois...
A l'aéroport de Hého, il y a encore 40 minutes de route pour rejoindre le lac. Taxis et pick-up réclament des prix assez élevés, j'en aurai pour 20000 ky.
A Nyaungshwe, à deux pas du lac, je loge au Nawng Kham (The Little Inn), l'hôtel le moins cher de mon voyage : 5 $ la nuit avec le ptit déj,
Quant à la chambre, elle est fort correcte et propre, avec eau chaude.

L'après-midi, c'est vélo en direction du nord et
du monastère de Shweyanpyay,
un très ancien monastère  en bois,superbe... 


Vendredi 11 septembre





















Réveil à 6 heures car un bateau, négocié la veille (20000 ky) m'attend à 7 heures pour un tour du lac.
J'avais demandé que l'on évite les boutiques habituelles où les bateliers arrêtent les touristes.

 A 9 heures, on arrive au marché de Kyauk Taing, pas touristique du tout ; où les femmes Pa'o sont réunies, leurs magnifiques serviettes colorées sur la tête,  Il faut y aller très tôt car vers 10 heures, l'activité du marché commence à diminuer.
Par la suite, on visitera des ateliers traditionnels : poterie, soie, fabrique de bateaux, de couteaux... Avant de s'enfoncer un peu plus dans le lac pour voir les maisons des pêcheurs.
Jour de chance, il y a un second marché aujourd'hui, près de la pagode Phaung Daw U. Là encore, beaucoup de femmes Pa'o.

Après un repas dans un resto sur le lac, au Schwe Intha (très correct), on poursuit la balade dans les cultures sur l'eau, principalement les tomates. Le retour vers Nyaung OO se fera vers 15 h 30, avant un bel orage.


Samedi 12 septembre


La veille, j'ai réservé un taxi à l'agence Htu Htu pour l'aéroport de Hého (15000 ky). Départ à 11 h 30 pour Kengtung, avec deux escales à Mandalay et Tachilek. Un tuk tuk m'emmène à la Sam Yweat Guesthouse, en plein centre (attention, il y a une annexe sur la route de l'aéroport, mais c'est excentré).
Là, je déniche une belle petite chambre dans une maison en bois pour 8 $ la nuit. Je négocierai avec le chauffeur du tuk tuk pour qu'il soit mon guide pendant la petite semaine où je vais rester à Kengtung. On part sur 20 000 ky la journée avec la moto.


Dimanche 13 septembre


Le guide Maw Htoo, d'origine Akha, m'emmène pour un premier tour de ville.

On visite le marché qui est bien calme, pour deux raisons : c'est dimanche et il pleut. Mais j'en profiterai pour faire quelques achats (chaussures, kway pour moi,  bonbons, savons, cahiers pour la visite des tribus) en prévision des treks.

Le midi, festin à proximité d'un monastère en compagnie d'amis du guide. Je n'ai jamais vu autant de plats sur une table.
 






L'après-midi, nous allons à Wan Pauk, village où vivent les Palaungs argentés, les femmes portent de grosses ceintures et de jolis costumes. C'est très typique et quasiment tout le monde porte des tenues traditionnelles.
En compagnie du guide, nous sommes fréquemment invités dans les maisons.
Un homme, âgé de 98 ans, fumant la pipe me jouera un air de guitare locale.

Le soir, repas au restaurant Aung Naing, qui deviendra ma cantine. Il suffit de soulever les couvercles des grosses casseroles et de faire son choix. Les prix sont plus que raisonnables. 



Lundi 14 septembre



Réveil très matinal et direction le marché. Il y a un monde fou et des femmes de toutes les ethnies des environs. Je croise même des femmes Akhas, certainement les plus spectaculaires avec toutes les pièces en argent qui ornent leur visage.

J'avais déjà vu les Akhas dans le nord du Laos, mais ici leur coiffe est bien plus imposante.
Avec le guide, on souhaitait d'ailleurs rejoindre leurs villages. Il en existe quatre (Pan Koi) sur la route de Tachilek. Mais la police a refusé de donner une autorisation, pour le prétexte qu'on ne peut pas y aller en moto, mais uniquement en voiture.


Pas grave, on se replie vers Paung Lea et les villages Enn. Et je ne vais pas être déçu : les paysages sont magnifiques (montagnes et rizières), les petits villages sublimes et les tribus du coin vraiment uniques. Des femmes dans des tenues colorées et qui ont la particularité d'avoir les dents toutes noires. D'après ce qu'on m'a expliqué, selon les croyances, seuls les animaux ont le droit d'avoir les dents blanches !

Durant cette journée, je vais visiter trois villages Enn où à chaque fois, le nombre d'enfants est impressionnant.
Mon guide me confiera que ces femmes mettent au monde un bébé tous les ans.
En chemin, on traversera quelques villages Akhas, où la population paraît moins pauvre que les Enn.

Retour vers Kengtung à 17 heures. Avec la moto, c'était bien pratique, sachant qu'on a marché deux bonnes heures, sans forcer malgré quelques grimpettes.


Mardi 15 septembre


Aujourd'hui, direction Loimwe. ça grimpe pas mal et les paysages de montagne sont toujours aussi magnifiques. En chemin, on croise quelques femmes Akhas, qui travaillent dans les terres. Elles sont reconnaissables au loin avec leurs énormes coiffes. Il paraît que certaines femmes dorment avec et ne les retirent seulement que pour la toilette. 

On visitera deux villages Akhas avant de rejoindre Loimwe, sous un terrible orage. 
Dans la rue principale du village, il est fréquent de voir des femmes akhas en groupe, qui reviennent des marchés .



On retournera en une bonne heure de moto vers Kengtung.
Il me fera participer à un match de chinlon. C'est le football local birman avec un filet et une petite balle en rotin.
Mon manque de souplesse et de technique ne va pas me permettre de réaliser d'exploits face à ces habitués.  


Mercredi 16 septembre



Ce matin, on part pour le village natal de mon guide. Il nous faudra une heure de moto et une heure de marche pour l'atteindre. C'est un village akha catholique où, hélas pour moi, plus personne ne porte de tenues traditionnelles. En revanche, les maisons sont typiques avec les toits de chaume. J'aurai droit à un repas dans une famille avec du poulet et du buffle grillé. Question hygiène, c'est tout de même un peu limite. Surtout lorqu'un enfant fait ses besoins à proximité du feu sur lequel le plat mijote.


On repart sous un bel orage et mon guide a l'air un peu fatigué. Il faut dire que pour son retour aux sources, il a un peu forcé sur l'alcool de riz, que j'ai esquivé.

 


Nous voilà repartis pour une heure de marche sous la pluie afin de récupérer la moto. Une moto qui est inutilisable, car en raison de la pluie, la route est impraticable. Le guide me dit alors d'avancer tout seul, tandis qu'il se charge de la moto. 

Mais au bout d'un moment, je me demande si je suis sur la bonne route.
Sachant que je ne croise personne et que le guide a totalement disparu. Il est 17 heures, je suis toujours seul et la nuit va bientôt tomber. C'est là que je rencontre des fermiers Wa avec leurs vaches. Ils ne comprennent pas un mot d'Anglais, mais ils m'indiquent le chemin de Kengtung.
Au même moment, j' entends mon guide, qui revient sur mes pas tout essoufflé et sans la moto évidemment.

Il a eu une grosse frayeur car s'il revenait sans son touriste, il risquait purement et simplement la prison.
Le souci maintenant : c'est que Kengtung est plus loin que prévu. Mais mon guide est débrouillard.
En chemin, il va entrer dans l'habitation d'un ami, à qui il va emprunter une moto.
Une moto sans phares. Mais avec une lampe, il parviendra à éclairer la route. Nous serons de retour à 21 heures. C'était sans aucun doute, le moment le plus délirant du voyage. Heureusement, tout finit bien.


Jeudi 17 septembre


Direction Pang Piak et les villages Lahu Shi.
 Une petite heure de moto, puis deux heures de marche dans la montagne. On mangera en cours de route les provisions du guide, avant même de pénétrer dans les deux villages. que l'on doit visiter. Je comprendrai plus tard. Ce sont des villages perchés dans les montagnes et qui comptent une dizaine de maisons.

 Des villages très pauvres, assez sales même où les enfants sont effrayés de me voir. Les femmes portent des tenues traditionnelles et je suis impressionné de voir autant de jeunes enfants par rapport au nombre d'adultes.



Je suis invité dans une famille par un homme entouré de huit enfants. C'est vétuste et je me demande comment  ils font pour tous dormir ici. Je ne pense pas que ces villages fassent l'objet de visite de la part des groupes de touristes. Mon guide me dira qu'en effet, les voyageurs se font rares ici.
Le retour par un autre chemin dans les montagnes se fera en 1 h 30. 
En fin de journée, j'aurai droit à une coupe de cheveux pour 500 ky.
Avant de rejoindre un petit salon de thé, tenu par une Népalaise, dans le centre ville: un peu de repos ....


Vendredi 18 septembre



C'est parti pour la visite de trois villages, toujours en compagnie de mon guide Maw Htoo. Des villages où l'on devait accéder uniquement en moto. Mais finalement, on marchera pas mal, avec de belles montées et dans la boue (saison des pluies oblige). On visitera deux villages de Palaungs Silvers, dont un où j'aurai la chance d'assister à une cérémonie, pour célébrer la mort d'une femme. J'aurai le droit à de la musique (tambours et guitares locales) ainsi qu'à des danses. Mon guide m'avouera plus tard que c'est la première fois qu'il met les pieds dans ce village. Il y a fort à parier que ce village n'a
pas dû voir beaucoup de
touristes par le passé. Je n'ai pas noté le nom des villages, mais ils se trouvent sur la route de Yang Law.

Dans l'après-midi, on poursuit notre chemin vers un village Wa, où je surprendrai les enfants d'une école pendant un cours d'anglais. Dans ce village, les femmes n'ont pas des tenues très spectaculaires. Le retour se fera sous la pluie jusqu'au domicile de mon guide, où j'aurai droit à un excellent repas préparé par sa mère. Il me dira aussi que c'est la première fois qu'il invite un touriste à manger chez lui. C'est fort probable.
De retour à l'hôtel, je règlerai les six jours de balade (moto, guide et nourriture) : 140 000 ky.


Samedi 19 septembre


Le matin est consacré au marché où je retrouve toutes les tribus rencontrées au cours des treks de ces derniers jours. Sur le marché, on peut aussi changer de l'argent : kyats, dollars, mais aussi des baths car la frontière thai est toute proche. Début d'après-midi, départ en avion pour Hého. Pour la première fois du voyage, l'avion est complet du fait notamment de la présence de deux groupes de touristes espagnols.
J'arrive à Hého vers 16 heures, un taxi réservé à l'agence Htu Htu m'attend. Je retourne au Little Inn, où j'ai le droit à une plus grande chambre sachant qu'il y a davantage de touristes en raison fu festival qui commence aujourd'hui. Des stands s'installent d'ailleurs aux quatre coins du village, ça change du calme habituel de cette région.


Dimanche 20 septembre


Je pars en bateau, à 7 h 10, en compagnie de quatre autres touristes de l'hôtel. Le tarif : 2500 ky par personne. Le matin, hélas, il n'y a aucun marché en raison du festival qui débute à 14 heures. Alors, on aura droit à un tour assez touristique avec des haltes chez le bijoutier, le fabriquant de soie, de cigares... Pire encore, on nous arrête dans un magasin de souvenirs où quatre femmes girafes sont en train de tisser et attendent pour la photo.

 Je vais dissuader les autres touristes de faire des clichés, car c'est vraiment le piège.
Plus authentique cette fois, la balade en bateau dans les jardins flottants
et à travers les maisons des pêcheurs. 

En début d'après-midi, on rejoint les bords du temple d'Ywama pour attendre le cortège de bateaux. L'attente sera longue, mais les pirogues avec les spectateurs locaux affluent de partout et mettent de l'ambiance. Le cortège, lui, n'arrivera que vers 15 h 30. Une dizaine d'embarcations se suivent avec hommes et femmes portant des tenues traditionnelles. Le défilé va durer une vingtaine de minutes. Un très joli spectacle.
Pour finir, nous irons au monastère des chats sauteurs. Je connais déjà le lieu et me désintéresse des chats et des moines qui sont juste intéressés par les dons des touristes.


Lundi 21 septembre


J'ai réservé un trek à l'hôtel, en compagnie d'un touriste mexicain. On devait voir quatre villages, dont des Pa'o, dans les montagnes. En fait, on n'aura pas vu grand chose. C'est juste un bel exercice physique. Les paysages sont chouettes, mais les rencontres avec la population sont plutôt rares.
Notre guide trouvera l'excuse de dire que les habitants travaillent dans les terres et que dans les villages, c'est le vide. C'est sûr qu'après les superbes treks de Kengtung, je ne peux être que déçu. Pour 7500 ky(par personne) le trek et une marche de 8 h 30 à 17 heures, on était en droit de s'attendre à autre chose...


Mardi 22 septembre


Aujourd'hui, je reprends mon indépendance et loue un vélo pour rejoindre le marché de Khaung Daing. Le village est facilement accessible et je l'atteindrai en une petite heure.

Un marché très coloré, avec de nombreuses femmes Pa'o et je n'y ai rencontré aucun touriste. Il faut y aller de très bonne heure car à partir de 9 heures, l'activité décline. Pour ma part, j'y resterai jusque 10 h 30, prenant plaisir à regarder les femmes repartir sur la route, chargées de tas de marchandises.

De retour à Nyaungshwe, je profite de la pluie pour faire une petite sieste. En milieu d'après-midi, je rencontre une femme qui me propose une balade en pirogue de deux heures (4000 ky). Balade fort sympathique dans des canaux plutôt sauvages, à travers les grandes herbes, des petits villages. On s'arrêtera dans deux monastères, dans l' un , je fais la connaissance d'un moine qui me fera un cour d'histoire de France.
 Le soir, je profite du festival pour grignoter d'un stand à un autre.


Mercredi 23 septembre


C'est le grand marché de Nyaungshwe. Il y a un monde fou, c'est très coloré et les femmes Pa'o sont descendues des montagnes pour être au rendez-vous. Je vais y rester durant près de 2 heures, sans me lasser de  flaner dans
cet immense espace où tout le monde vend les produits du quotidien : thé, riz, produits cosmétiques, légumes, viandes, poissons, vêtements... et même des fleurs .

Le midi, repas au restaurant le Min Min's où le patron fort sympathique  me propose ses services. J'accepte qu'il m'emmène en moto à Hého le lendemain et qu'il me fasse visiter le marché.

L'après-midi, je pars à vélo en direction du sud du lac, vers Nan Pan. C'est la première fois que j'emprunte cette route qui, finalement, est goudronnée. Dommage que je ne sois pas parti le matin,  j'aurais pu aller bien plus loin.
Une chouette balade à vélo dans la campagne birmane et où j'aurai l'occasion de m'arrêter dans quelques villages et monastères.


Jeudi 24 septembre


Le patron du resto Min Min's vient me chercher en moto à 8 heures. Il parvient à installer mon énorme sac entre ses jambes et le guidon, et nous voilà partis vers Hého, que nous atteindrons à 9 h 30. Le marché est encore très animé et il y a encore plus de femmes Pa'o qu'à Nyaungshwe. Mon guide du jour me laisse tranquillement me balader à travers les stands, puis il viendra m'expliquer en détail tout ce qui est vendu sur ce marché. Il va ainsi me donner un cours sur les légumes du coin.

Je me laisse ensuite tenter par une proposition de mon guide, sachant que mon avion n'est qu'à 16 h 25. Nous prenons la direction de Kalaw pour visiter la grotte de Myinnahti. En route, on traverse le village d'Aungban, que j'avais visité en 2004. A l'époque, c'était le marché le plus typique que j'avais vu.
On prend ensuite une route de montagne qui mène à Loikaw

(désormais ouvert aux touristes) et arrivons à la grotte. Elle est toute en longueur et présente de belles formations calcaires. Au retour vers Hého, on a le droit à un terrible orage. J'arrive trempé à l'aéroport où j'apprends que l'avion décollera avec 40 minutes d'avance.
J'arrive à Yangoon vers 18 heures et  je vais à l'Eden Palace Hotel (15 $ la nuit), un palace qui n'a en fait que le nom car c'est fort simple. Pour finir en beauté, je retournerai à Shwedagon admirer toutes ces lumières. Demain matin, c'est retour à Bangkok, une Asie bien moins authentique par rapport à ce que j'ai vu durant près d'un mois.

Commenter cet article

electricite paris 7 29/01/2015 22:08

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

omni tech support guides 12/01/2015 12:34

Wow what is that guy in the picture smoking? At first I thought it was a cigar or something, but when I looked closer it was having a different coloration when compared to the regular cigars out there.

Christophe 12/01/2015 13:43

Hi,

The name is cheerot, it's Myanmar local cigar. It's possible to buy it in Shan state, particularly around Inle lake

topsureties.com 14/10/2014 14:32

The place does look very scenic and peaceful, unlike the chaotic nature of cities.

bitly.com 28/08/2014 13:20

Asian people were quite resourceful with a lot of natural things coming around their way. Thanks for the well descriptive article.

microsoft windows techs 27/06/2014 14:18

Places like these do still keep their ethnicity and their cultural and moral value close to there hearts as top priority. And for the same aspect I do respect them a lot. Change is necessary but you should never forget who you are even if you adapt to the change.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents