Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Christophe

Le blog de Christophe

Récit de dix voyages en Birmanie (Myanmar)


Bienvenue chez les Akhas (mai 2011)

Publié le 3 Février 2012, 21:07pm

 

Bienvenue chez les Akhas

 

Birmanie-mai2011 080

 

En arrivant à Kengtung, au plein coeur du Triangle d'or, c'est au marché qu'il faut débuter sa visite, afin d'avoir un aperçu de ce qui attend le voyageur dans les montagnes environnantes. Il faut y aller dès les premières heures du jour, au moment où l'animation est la plus intense.

Dans les allées, on tombe nez à nez avec les montagnards dont certains ne se déplacent jamais sans leur tenue traditionnelle. Les Akhas et les Palaungs Silver y sont les mieux représentés et leurs vêtements ne passent pas inaperçus. Un marché dans lequel on ne se lasse pas d'arpenter les allées, au gré des rencontres avec les minorités ethniques. 

Mais pour mieux s'imprégner de leurs traditions, rien ne vaut un trek dans les montagnes voisines, accompagné (obligatoirement) d'un guide. A Kengtung, il n'y en a qu'une petite quinzaine habilitée à se rendre dans les villages autour de Kengtung. Il faut dire que jusqu'à présent, dans cette ville de l'état Shan, les touristes ne se bousculent pas.

 

Birmanie-mai2011 056

 

Aujourd'hui, c'est en compagnie de mon guide Maw Htoo que nous nous dirigeons en direction de quatre villages akhas, ethnie dont il est originaire. Après le passage obligatoire aux services de l'immigration, afin d'obtenir un laisser-passer, nous prenons la route à bord de son tuk tuk, qui s'arrêtera au pied d'une montagne. C'est parti pour 1 h 30 de marche et d'incessantes grimpettes. En ce mois de mai, la chaleur est étouffante, mais les paysages et les rencontres font vite oublier la fatigue.

Comme ces quatre femmes akhas, et leurs splendides coiffes, qui cultivent la terre dans l'indifférence la plus totale. Sans même prêter attention au touriste que je suis. Ces tenues, elles ne les portent pas pour mes beaux yeux, mais par tradition. Certaines d'entre-elles ne retirent leur coiffe que pour la toilette, et elles la conservent sur la tête pendant le sommeil. 

 

Birmanie-mai2011 060-copie-1

 

Dans les villages traversés, les femmes akhas n'ont rien à proposer aux visiteurs. Elles ne viennent pas vendre tel ou tel souvenir, dès qu'un petit groupe de touristes traverse leur village. D'ailleurs des touristes, elles n'en voient quasiment pas entre mai et fin août. Et le reste de l'année, ils ne sont pas si nombreux que cela. En revanche, les Akhas sont ravis d'inviter un étranger à boire le thé ou à manger, quelques spécialités locales. La plus surprenante étant chien grillé, un mets qu'ils dégustent pour les très grandes occasions, deux à trois fois dans l'année.

Arrivés au troisième village, Maw Htoo et moi sommes conviés à une cérémonie spirituelle. On me déconseille vivement de toucher un totem autour duquel trois personnes âgées s'affairent. Si je venais à le toucher, je serais contraint de sacrifier un animal... ce qui ne me tente pas du tout. Ce type de cérémonies est fréquent chez les Akhas qui croient beaucoup aux esprits. Celle à laquelle j'assiste aura à nouveau lieu dans un an. Comme trace de l'événement, le chamane du village conserve précieusement un morceau de bambou coupé en deux. La seconde partie sera remise à la personne qui invitera les convives à manger. Pour les Akhas, ce simple morceau de bambou est considéré comme un document officiel. 

Après le festin, le moment était venu aux discussions. Echanges qui vont encore me démontrer que les Akhas vivent dans un autre monde... loin de tout.

 

Birmanie-mai2011 076

 

1 - Que pensez-vous de la présence des touristes dans votre village ?

<ça ne nous dérange pas, mais on ne comprend pas pourquoi vous venez nous voir. Et pour quelle raison vous choisissez notre village >.

2 - Je leur demande s'ils connaissent mon pays, la France ?

(Ils ont l'air gêné). < Non, on ne connaît que le nom. Mais on ne sait pas où se trouve ce pays >. J'apprendrai un peu plus tard que certains d'entre eux n'ont jamais mis les pieds à Kengtung et que pour eux, la France est peut-être un village situé un peu plus loin dans les montagnes...

3 - Avez-vous peur qu'un jour  la tenue traditionnelle akha disparaisse dans vos villages ?

<C'est une crainte oui, sachant qu'elle disparaît déjà auprès de certaines jeunes qui ne portent que la coiffe accompagnée d'un tee shirt. Mais notre tenue existera toujours, car sans elle, il est impossible de participer à une cérémonie akha>. 

4 - Je tente maintenant une question d'actualité internationale avec la mort récente de Ben Laden. Tour de table (ou tour de sol puisqu'on est assis à même le sol)...

Personne ne le connaît et n'en a jamais entendu parler. Pourtant dans le village, il y a deux télés, mais son usage est limité.

5 - J'en reviens à des questions plus générales, en m'adressant aux plus jeunes. Avez-vous un rêve pour votre avenir ?

(Moment d'hésitation, de réflexion). <Non aucun>.

6 - Etes-vous heureux de la manière dont vous vivez ?

Sans  hésiter, les plus anciens s'estiment heureux dans leurs montagnes, loin de tout. Un jeune dans l'assistance ne semble pas être du même avis. Le chamane lui fait les gros yeux, je n'en saurai pas plus sur ce qu'il a réellement sur le coeur.

 

Birmanie-mai2011 064

 

Retour à Kengtung après une dernière halte dans le quatrième village au programme. Nous  nous rendons dans deux habitations, où je m'interdis toute photo, le guide me le déconseillant également. Car le moment n'est pas opportun. Les hommes fument tranquillement l'opium à l'abri des regards. De l'opium très certainement cultivé non loin de là. Un rituel coutumier chez les Akhas, et dans d'autres minorités ethniques installées dans le Triangle d'or, et qui montre une autre facette de la vie loin de tout ou presque.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents