Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Christophe

Le blog de Christophe

Récit de dix voyages en Birmanie (Myanmar)


Dans la chaleur tropicale du sud (septembre 2010)

Publié le 10 Juin 2012, 14:33pm

 

A peine quitté l'état Shan qu'il me faut songer à une nouvelle destination. De Yangon, je décide d'explorer le sud du pays, avec Dawei et Myeik comme destinations. Je me doute que je ne croiserai pas beaucoup de touristes dans cette région qui vient à peine de s'ouvrir au monde. Mais je ne m'attendais pas à n'en rencontrer aucun. Objectif : découvrir les Moken, les gitans de la mer.

 

PICT0509

 

Dimanche 19 septembre 2010 : EN QUETE D'UN BILLET D'AVION

 

Retour à Yangon après mon périple dans l'état Shan. Je me rends à la MTT (Myanmar Travel and Tours) pour me renseigner sur la suite de mon séjour et surtout les possibilités. Au départ, je m'intéresse à Mrauk U, endroit que j'avais récemment visité et qui m'avait comblé. L'hôtesse m'annonce qu'il y a deux bateaux par semaine entre Sittwe et Mrauk U. En même temps, elle m'indique qu'il est désormais possible pour les touristes de se rendre à Myeik et Dawei, dans le sud du pays. Et que ça vaut vraiment le coup. C'est dimanche et pour trouver un billet d'avion, il n'y a qu'au siège de l'agence Sun Fare. Je parviens à réserver un vol Yangon-Myeik pour le 22 septembre et un retour, six jours plus tard de Dawei jusqu'à Yangon. Tarif : 175 $. Je fonce sachant que je pars vraiment dans l'inconnu.

 

LUNDI 20, MARDI 21 SEPTEMBRE : TRANQUILLE DANS LES RUES DE YANGON

 

La capitale Rangoon

 

Durant deux jours, le rythme sera tranquille avec de nombreuses balades. Dans les rues animées de Yangon, aux abords du lac Kandawgyi, dans les quartiers chinois et indiens à la recherche de petits temples, de marchés animés. Je passerai mes nuits au Beautyland 2, près de Sule Pagoda. L'accueil y est charmant et le prix des chambres abordable.

 

MERCREDI 22 SEPTEMBRE : LE GRAND DEPART POUR MYEIK

BIRMANIESEPT2010 329

 

Réveil très matinal pour être à l'aéroport à 5 h 45. L'avion décolle à 7 heures. Du hublot, j'aperçois la côte qui est magnifique. Arrivée un peu avant 9 heures à Myeik où d'emblée un militaire me confisque le passeport. Je récupère mon bagage et quelques instants plus tard le passeport, tout en indiquant à l'officier l'hôtel où je me rends. Une moto m'emmène au Mya Seesein Hotel où la chambre vraiment spacieuse avec vue sur le port est à 25 $. On peut trouver moins cher dans la ville, mais vous ne bénéficierez pas de la clim qui est bien utile ici, car la chaleur y est étouffante.

Myeik est un grand port avec des bateaux un peu partout. On ne peut hélas pas s'y baigner. La spécialité ici : les moto-taxis qui nous hèlent dans la rue et qui veulent toujours nous emmener quelque part. La moto, ce sera pour plus tard. Je décide de prendre une petite embarcation au hasard pour explorer l'île qui se trouve juste en face. Je me rendrai vite compte que c'est la seule île dans le secteur qui est accessible aux touristes individuels.

Il s'agit de l'île de Pataw Padet, entourée de deux hautes collines, qui abrite plusieurs édifices religieux, dont un grand Bouddha couché de 66 mètres de long. Du sommet de la montagne, où se trouve une petite pagode, on jouit d'une vue splendide sur le port, la ville et la végétation. Ma balade en bateau aller-retour avec l'attente d'une heure pour le batelier (2000 k).

Je décide de visiter le marché. Mais en plein après-midi, il est à moitié endormi. Je pensais voir d'énormes tas de poissons, mais on me fait comprendre que le marché aux poissons est en dehors de la ville, et qu'il se tient vers 2 heures du matin. Ce ne sera pas pour moi...

 

BIRMANIESEPT2010 349BIRMANIESEPT2010 351

 

JEUDI 23 SEPTEMBRE : UNE ILE A EXPLORER

 

BIRMANIESEPT2010 341

 

BIRMANIESEPT2010 342BIRMANIESEPT2010 346

 

Je suis de retour sur le port et vais me renseigner pour connaître exactement les départs en bateau pour Dawei. On me confirme que c'est tous les jours pour 25 $. Je reprends une embarcation, mais seulement un aller (1000 k), pour bien prendre mon temps sur la seule île que je peux visiter. Les autres étant interdites aux touristes. Il y a quelques habitations et la végétation est dense. On me fait des signes, mais le contact est difficile car personne ne parle l'anglais. Puis je tombe sur un groupe d'enfants qui me guide à travers l'île. Ils me font comprendre qu'il est possible de voir des Moken, les gitans de la mer. Je me rendrai vite compte qu'ils me font marcher.

Ils me mèneront au bord d'une plage où de nombreux singes ont trouvé refuge, puis nous traverserons de petits villages avant de nous arrêter dans quelques pagodes. L'endroit est vraiment tranquille.

Après deux bonnes heures de balade, je regagne Myeik. Je monte dans un petit bateau qui affiche complet. On ne me fera pas payer. En ville, je fais étape chez le coiffeur qui pour 1 000 k me fait une coupe extra. Je lui donne un pourboire qu'il refusera. Dans l'après-midi, je visite quelques temples sur les hauteurs de la ville. 

Le soir, je souhaite manger des fruits et je suis les conseils de la serveuse de l'hôtel qui m'avait indiqué le nom de Yadanalo Restaurant dans le quartier Kanpya. J'irai avec une moto-taxi et me rendrai ainsi compte que la ville est très étendue. Je mangerai une énorme assiette de crabe frit pour 6 000 k.

 

BIRMANIESEPT2010 331

 

VENDREDI 24 SEPTEMBRE : UNE ARRIVEE MOUVEMENTEE A DAWEI

 

Birmanie 09.2010

 

Le départ du l'express boat pour Dawei est prévu vers 11 heures. J'ai donc le temps de me balader en ville, où je vais rencontrer le patron d'une petite guesthouse qui parle un excellent anglais. Il m'emmène dans sa maison où il me montre des livres sur les Moken, en français et en allemand. Il me fait visiter une partie de la ville et est fier de me montrer de vieilles maisons coloniales qui ont échappé à un incendie en 2001, lequel avait ravagé une partie de la ville.

Le bateau part à l'heure exact. Les passagers se retrouvent dans un grand compartiment avec des fenêtres à hauteur d'eau, ce qui fait qu'on ne voit pas grand chose de l'extérieur. Le bateau atteint Dawei vers 15 h 40, plus tôt que je ne pensais. En fait, on débarque assez loin de la ville et j'ai droit à deux contrôles de passeport assez farfelus. Des camions attendent les passagers, mais je me retrouve sur une moto, sans même avoir eu le temps de négocier le prix. J'apprécie moyennement. Au premier poste de police, on nous prie de nous arrêter. Ca ne rigole pas trop, mais je comprendrai très vite que c'est après le chauffeur que les policiers en ont.

Inspection rapide de mon passeport, puis on nous envoie au poste d'immigration. Mon chauffeur se fait réprimander pendant que les officiers me font des excuses. Ces derniers ont arrêté le camion rempli de passagers qui attendait au port et je me retrouve dans la cabine, accompagné d'un policier en civil. Quant à mon chauffeur, il est resté sur place et je crains qu'il passe un sale quart d'heure.

Après une petite heure de trajet, arrivée à Dawei. Je suis pris en charge à moto... par un gars de l'immigration qui m'emmène à la Garden Guesthouse. Au passage, il m'aura pris 500 k. L'hôtel n'a rien d'extraordinaire, mais c'est un des rares pour petit budget pouvant accueillir des touristes (une grande chambre très très simple 14 $, sans le ptit déj). Il y a bien un autre hôtel pas très loin, mais il affiche des prix débutant à 50 $.

 

SAMEDI 25 SEPTEMBRE : DECOUVERTE DE LA PLAGE DE MAUNGMAGAN

 

BIRMANIESEPT2010 375

 

BIRMANIESEPT2010 377PICT0505

 

C'est dans la rue que je prends mon petit déjeuner, ce sera durant tout mon séjour au même endroit avec beignets et thé assis sur un tabouret minuscule. Dans le Lonely Planet, on me parle d'une plage pas trop éloignée de Dawei, Maungmagan. Je négocie dès les premières heures de la matinée avec un moto-taxi pour un aller-retour à 8 000 k. On part à 7 heures et circulons sur une route magnifique, notamment dans les montagnes lorsque l'on aperçoit une baie à couper le souffle.

Après 18 km de route, on arrive sur la plage et je décide de longer le bord de mer pour rejoindre un petit village de pêcheurs. Un village très animé aux premières heures de la journée avec le retour des bateaux des pêcheurs, les femmes qui préparent les poissons et d'autres qui transportent la glace avec les moyens du bord et malgré la chaleur qui monte en puissance.

Les locaux sont très surpris de me voir et j'ai droit à des sourires parfois gênés. Il faut dire que dans ce secteur, ils n'ont pas dû voir beaucoup de touristes. L'endroit est très plaisant et d'une rare authenticité. J'aimerais y rester la nuit, mais il n'y a apparemment aucune guesthouse dans le secteur pouvant accueillir des étrangers. La seule solution consiste donc à revenir chaque soir sur Dawei.

Il est 9 h 30 et le moto taxi me prie de regagner la plage. J'ai bien fait d'être accompagné car la mer monte à une vitesse impressionnante. Nous sommes arrivés en marchant sur le sable, on repart avec de l'eau à hauteur du ventre. Si j'avais attendu encore quelques instants, je restais bloqué dans ce village.

De retour à la plage, à proximité des transats, je suis invité à la table d'un Birman qui parle correctement l'anglais et qui est accompagné de sa soeur et son amie, tous venus de Yangon. On papote, il m'offre un verre, on se baigne. Je n'ai jamais nagé dans une mer aussi chaude (même au Sri Lanka, elle n'était pas si chaude). La mer est également agitée en cette période de l'année, mais ça reste encore raisonnable. 

Pendant ce temps, j'ai abandonné mon chauffeur de moto que je ne reverrai qu'à Dawei .

Mon nouvel ami birman veut me faire visiter les environs de Maungmagan avec sa jeep. Un véhicule qui a bien souffert de son âge, mais il est déjà privilégié du fait qu'il possède une voiture. Ce qui est extrêmement rare dans le pays, surtout quand on ne travaille pas pour le gouvernement. Il est technicien pour un grand groupe et travaille souvent à l'étranger.

Je serai de retour à Dawei vers 14 h 30 et irai manger dans un petit resto à proximité du marché : d'excellentes crevettes et du riz pour 1 500 k.

 

DIMANCHE 26 SEPTEMBRE : BAIGNADE ET LANGOUSTE A MAUNGMAGAN

 

PICT0508

 

PICT0514PICT0515

 

Tôt dans la matinée, je vais au marché de Dawei pour voir s'il est plus animé que la veille. Il y a quelques vendeuses de poissons frais, mais ce n'est pas l'euphorie. Je m'arrête ensuite dans une église, où c'est la messe du dimanche. Les femmes portent un voile à l'ancienne, ce qui est fort original pour le pays.

Puis je repars en moto taxi pour Maungmagan. Vers 10 h 30, je vais enfin déguster une langouste comme j'en rêvais. Pour 10 $, je ne vais pas m'en priver. Elle s'avérera excellente, même si elle a été cuisinée avec un peu trop de graisse. En guise de dessert, ce sera de la pastèque bien sucrée, vendue par une marchande ambulante.

C'est dans la mer que je passerai ensuite le plus long de mon temps. Le soleil cogne fort, l'eau est chaude et il y a parfois des insectes invisibles qui piquent dans l'eau. En ce dimanche, la plage est plus animée avec pas mal de locaux qui viennent y boire et manger. Très peu savent nager et les grosses bouées noires remportent un vif succès. Les jeux sont également prisés, notamment une loterie avec de gros dés. Des femmes âgées misent des sommes assez impressionnantes. Je ne me laisserai pas tenté malgré leurs sollicitations. Retour sur Dawei vers 16 heures, sous un orage terrible. Sympa en moto ! Bref j'arriverai trempé à la guesthouse.

En fin de journée, j'irai visité quelques monastères dans lesquels les moines font le ménage ou s'occupent des plantations. Le nombre de monastères est assez impressionnant et sans prêter attention, on peut vite se perdre. Il faut dire que Dawei est un foyer important du bouddhisme birman.

 

PICT0520

 

LUNDI 27 SEPTEMBRE : UN BON COUP DE FROID

 

BIRMANIESEPT2010 360BIRMANIESEPT2010 361

Les 18 km à moto sous l'orage ont eu raison de moi. Bref, aujourd'hui, j'ai droit à un bon rhume. Je ferai pas mal d'aller-retour entre la ville et la guesthouse pour bien m'y reposer. En milieu d'après-midi, je repars en moto taxi pour visiter les temples aux alentours de Dawei, notamment pour voir l'un des plus grands bouddhas couchés du pays ou encore le monument le plus sacré du coin, une pagode qui abrite un bouddha cinghalais. Bon pour être très sincère, tous ces sites n'ont rien d'extraordinaire. En revanche, les paysages sur la route ou les villages traversés valent le détour.

 

MARDI 28 SEPTEMBRE : HALTE AU MARCHE DE MAUNGMAGAN AVANT LE DERNIER BAIN

 

PICT0538

 

PICT0506

 

Départ pour la plage de Maungmagan avec un arrêt sur son marché. J'emprunte les allées de ce petit marché et je me demande vraiment s'ils ont déjà vu un touriste. J'attire la curiosité de tout le monde. Le marché est vraiment sympa avec quelques vendeuses de poissons, à peine pêchés, qui sont prises d'assaut par les clientes. Les visages sont toujours aussi charmants, surtout ceux qui ont abusé du thanaka (cette écorce broyée qui sert de maquillage et de protection solaire à la fois). 

J'arrive à la plage très tôt et les vendeuses installent seulement leurs stands. Les premiers bateaux sont de retour de la mer et j'assiste quasiment en direct à l'arrivée des poissons et crustacés. L'occasion de faire ma petite commande personnelle : ce sera une sole et un gros crustacé, que j'achèterai pour 2 000 k et ferai cuisiner pour le même prix dans un stand de restauration. Un délice, sauf le crustacé qui a été cuisiné bizarrement.

Quelques instants, je profite une dernière fois de la mer, qui est quasiment pour moi tout seul en cette matinée. Il faut que je reparte car mon avion pour Yangon, décolle vers 15 heures. 

 

PICT0545PICT0544

 

PICT0548PICT0555

 

Je suis de retour à l'hôtel où le personnel avait accepté que je quitte après 12 heures. On me préviendra même que l'avion sera en retard d'une heure. J'arrive à l'aéroport de Dawei tranquillement et vais quelque peu halluciner par rapport au nombre de contrôles. Ca commence à l'extérieur de l'aéroport avec une fouille des bagages et un coup d'oeil sur le passeport. Dans l'aéroport, ça continue avec nouveau contrôle du passeport où le gars de l'immigration ne se rend même pas compte que mon visa a expiré depuis le 26 septembre (mes 28 jours sont dépassés). Et nouveau contrôle des bagages, et même si je suis un touriste, j'y ai droit. Mais pour les locaux, la fouille est un peu plus longue. Pour embêter le monde, un agent a enlevé la pile de mon petit réveil. Avant la salle d'embarquement, on visualise encore mon passeport avant de pénétrer dans une cabine pour une fouille au corps rapide. Tout ça a bien duré 30 à 40 minutes et à trois reprises, on a noté mon numéro de passeport, mon nom ...

 

PICT0560

 

LES JOURS SUIVANTS

Mon voyage touche à sa fin. Je passerai encore deux nuits à Yangon, au Summit Parkview avant de rejoindre Bangkok et l'Atlanta Guesthouse, pour deux jours de shopping et du farniente au bord de la piscine. Un regret dans le sud du pays, celui de ne pas avoir pu approcher les Moken, ces gitans de la mer. En fait losrque l'on évoque leur présence dans l'archipel de Myeik, ce n'est pas dans les îles proches de Myeik qu'ils sont, mais davantage du côté de Kawthoung, plus au sud. On m'a annoncé des prix pour leur rendre visite en bateau évidemment, mais pour un touriste individuel comme moi, c'est quasiment inabordable. Il faudrait, à la limite, se joindre à un groupe de touristes. Mais au fait ? Je n'en ai pas vu ici...

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents